Mes appros à Versailles en circuit-court !

Mon billet « Manger à Versailles sans supermarché » commence à dater un peu. Plutôt que de tenter une énième mise à jour, j’ai préféré vous récapituler ici ma routine appro et mes bonnes adresses, avec autant que possible les liens ou les contacts. J’espère qu’il vous sera utile !

Ma routine, à l’échelle d’un mois

L’AMAP de Versailles Montreuil, ça reste mon appro de base, tous les mercredis : légumes de la Bioferme (78), fruits selon les périodes (pommes-poires en hiver, fruits rouges en été), pain, œufs, légumes secs, bière artisanale, sous forme de contrats pris annuellement ou par période. A 5-10 minutes à pied.

Le Comptoir du Potager, groupement d’achat de produits de producteurs me permet de compléter environ deux fois par mois. J’y achète la farine que j’utilise pour mon pain, et à vrai dire, c’est ce qui me donne le rythme. Ca me permet aussi de compléter avec des produits que je ne trouve pas à l’AMAP : asperges, fruits plus variés, œufs, et 2-3 bricoles qui me tentent sur le moment. L’avantage ? On commande par le site le vendredi, ce qu’on veut, au rythme souhaité. Plusieurs points de livraison à Versailles, Viroflay, Vaucresson. A 5-10 minutes en vélo.

Coopératrice au supermarché coopératif Le Chaudron, j’y fais mes courses une fois toutes les 4 semaines, lors de mon service. Je fais le plein d’un peu de tout. J’y trouve de chouettes produits : fruits, légumes, épicerie sèche, fromage…

L’épicerie Day by Day pour compléter en vrac, couplé avec la récupération de mon casier de poisson Poiscaille. Fréquence aléatoire… 1 à 2 fois par mois. A 15-20 minutes à pied ou 5-10 minutes à vélo.

Le marché de Porchefontaine, le samedi matin, ponctuel, principalement pour le fromage, au Fromager du Roy, des pâtes fraîches, et ponctuellement pour un complément de fruits ou légumes. A taille plus humaine que l’immense (et magnifique) marché Notre-Dame, et plus proche de chez moi. Fréquence aléatoire. A 10-15 minutes à pied.

Chaque premier mercredi du mois, je profite de la venue de La Ferme du Coudroy au Chesnay. Vente de produits laitiers normands : lait cru, beurre cru, crème crue, fromage blanc, fromage Neufchâtel, oeufs… Ils proposent aussi des volailles mais j’en ai dans d’autres circuits. Contact commande 06 81 05 16 13, vous pouvez aussi tenter votre chance au 23 rue du Maréchal de Lattre de Tassigny au Chesnay le premier mercredi du mois, entre 13h et 18h. Une fois par mois. 15-20 minutes à vélo.Blog d'Erika Fournel diététicienne

Les commandes ponctuelles

Elles concernent principalement la viande et le poisson que nous consommons principalement le midi le week-end. Globalement, nous consommons moins, voir mon article sur le flexitarisme.

Je suis abonnée aux casiers de poisson Poiscaille, et en récupère un à deux par mois (super facile de décaler si besoin). Petit rappel, votre premier casier est offert avec le code ORGANISEE ;-). Mon point de collecte le plus proche est au magasin Day by Day de Versailles.

Je commande le poulet auprès de Gerald Le Grelle qui vient une fois toutes les 6-8 semaines à Versailles (et dans des villes limitrophes). La commande se fait par un formulaire avant sa venue (utilisez le formulaire de son site pour être mis dans la boucle). Un des points de livraison est à 10 minutes en vélo. Pendant la crise sanitaire, les Poulardes de Culoiseau ont livré à Versailles aussi pour écouler leurs volailles destinées habituellement aux restaurants étoilés et j’en ai bien profité.

La ferme de Bellecour, producteur de l’Allier, vient 3 fois par an à Versailles. Cela couvre quasi-totalement notre consommation de viande de bœuf et de porc. Cerise sur la gâteau, la famille de producteurs est hyper sympa ! 5-10 minutes en voiture.

La ferme des prairies angevines livre leur viande bio chez une quasi voisine. Comme je suis déjà pourvue sur certaines viandes, j’y commande principalement du veau. Ils livrent tous les deux mois, mais je commande deux fois par an. A 5 minutes à pied.

Je commande 1 fois par an un colis d’agneau, soit à La Ferme de Pierrelaye à Beaumontel (ferme@fermedepierrelaye.com) qui livre de temps en temps à Versailles, ou, plus récemment auprès de Stéphane Couturier (scouturier49@gmail.com) qui vient de temps en temps à Versailles. Pour l’un comme pour l’autre, il faut leur envoyer un mail pour être tenu au courant des prochaines livraisons.

Nous parrainons depuis de nombreuses années un apiculteur à qui nous achetons 10 kilos de miel par an (livraison à Versailles), et je complète un peu selon les opportunités auprès d’un apiculteur du quartier Porchefontaine qui est souvent présent lors des livraisons de poulet de Gérald Le Grelle (point de livraison Porchefontaine) ou en en ramenant des vacances.

Je commande toujours le chocolat de couverture (Barry) sur le site cuisineaddict.com. Non, ça n’est pas du circuit court, mais je recherche du chocolat de couverture.

Ce que nous ramenons des vacances

Un peu de tout, selon la région où nous allons. Toujours beaucoup (beaucoup) de fromage ! Et des produits locaux. Nous partons souvent avec une glacière ! Pour le reste, cela peut aller des noix de Saint Jacques fraîches et huîtres à Port en Bessin au miel de l’apiculteur du coin, ou un carton de bouteilles ;-).

Ramener des produits de terroir, c’est un souvenir de vacances en soi 🙂

Notre potager, un peu d’autonomie

Notre modeste potager nous permet de compléter nos achats de légumes. Nous ne visons pas l’autosuffisance, mais un peu plus d’autonomie. Entre juin et septembre, il nous fournit raisonnablement en légumes variés : blettes, haricots verts, courgettes, tomates, salades, épinards, courges, carottes, herbes aromatiques, etc. On a eu des loupés (les choux cette année !), mais on progresse et on agrandit petit à petit. Nous espérons récolter de petits fruits rouges (fraises, groseilles, cassis, framboises), et dans quelques années, des cerises et kiwis !

Blog d'Erika Fournel diététicienne
Le potager au printemps
Comment je vis cette routine ?

Je ne me mets pas la pression et complète en cas d’oubli au supermarché le plus proche. Ces appro ne sont pas tous compatibles zéro déchet (coucou les poches sous vide pour la viande et les bouteilles de lait), mais je regarde la balance : origine, éthique, goût, déchets, etc.

Et si l’alignement entre le choix de nos sources d’approvisionnement avec nos valeurs retirait la notion d’effort pour laisser la place à celle de plaisir ?

Je me sens en lien avec mes valeurs : soutenir une alimentation durable, qui rémunère justement les producteurs. Les produits sont goûteux, et c’est une JOIE pour moi de faire les courses, à pied, à vélo et de retrouver des visages familiers !

 

Blog d'Erika Fournel diététicienne

Catégories

Facebook

Instagram

Partagez l’article sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.