Le déj express « télétravail »

12h20, je lève le nez du guidon de ma matinée de télétravail… prochaine réunion à 13h30. J’ai faim ? Oui ! Mon déj’ ? C’était pratique quand même le resto d’entreprise, sauf que là, je suis à la maison, seul(e), dans ma cuisine, j’ouvre le frigo. Mince. Découragement. Frustration. Je me venge sur le pain et le fromage, quelques radis et une pomme pour la bonne conscience, et ça repart…  Alors comment faire pour ne pas se retrouver à la dernière minute un peu penaud devant ses placards ?

Je me lance dans le batchcooking

Pas celui des livres, mais celui, plus improvisé et intuitif, que je prône dans cet article déjà publié. En télétravail, on est le plus souvent seul, éventuellement à deux, donc pas besoin de prévoir des quantités en mode famille nombreuse XXXL. Concrètement, cela revient à cuire une portion de plus de céréales, légumineuses ou légumes lorsque l’on cuisine pour la famille, quelques jours avant. Et cette portion, de la mettre de côté pour le lendemain avant de poser le plat du soir à table, sous peine d’être engloutie avec tout le reste.

Marre de manger la même chose le soir et le lendemain midi ? Deux solutions. Congelez la portion, ou n’utilisez qu’une partie du repas de la veille : le riz cuit en base, et prenez les légumes de l’avant veille, par exemple. Composez différemment vos assiettes.

Vive les petits restes !

On les garde pour le lendemain ! Les petits restes, vous savez, les 5 cuillères à soupe de brocoli qui restent, le fond de casserole de riz, les miettes de poulets. « Allez une cuillère pour chacun et on n’en parle plus ». Ou « Tant pis, je vais pas savoir quoi en faire, alors poubelle ». Stop !

La bonne nouvelle, c’est que ces petits-restes-dont-on-ne-sait-que faire peuvent vous permettre de composer un déj express de télétravail. Des brocolis, des miettes de poulet et du riz dont personne ne voulait la veille ? Réchauffés à la poêle avec un peu de sauce soja et avec un œuf cuit en omelette : voilà un riz façon cantonais pour une personne prêt en quelques minutes !

Les restes, même en micro portion, permettent d’ajouter quelques chouettes ingrédients sur une assiette improvisée.

Blog d'Erika Fournel diététicienne

 

Je réhabilite les conserves qui dépannent… et je mets la lacto-fermentation au menu

LA conserve qui dépanne le midi pour compléter une assiette sans se faire cuire un steak ? La boîte de sardines ou de maquereaux ! Sardines ou de maquereaux sont un bon moyen de faire le plein en oméga 3 au passage 😉 Si vous optez pour des repas végétariens, alternez les légumineuses avec des œufs ou du poisson.

On pense aussi : à la sauce tomate de base, au lait de coco, au bocal de pois chiche qui dépannent.

En réalité, il y a celles qui me sauvent littéralement, et me dépannent encore davantage, plus confidentielles : les  conserves de légumes lacto-fermentés. La lacto-fermentation est un moyen de conserver des légumes, en saumure, ou directement au sel. J’avais publié sur les réseaux les recettes de légumes préparés au sel ou en saumure, promis, je les remets sur le blog bientôt. L’avantage ? Vous avez des légumes directement utilisables, sans cuisson. On ne se fait pas une plâtrée de légumes fermentées, mais un peu de betterave ou de chou rouge fermentés permettent d’ajouter quelques légumes dans une assiette sans se lancer dans une cuisson.

Blog d'Erika Fournel diététicienne
Assiettes avec du kimchi lacto-fermenté
Je pimpe mes plats

La lacto-fermentation, justement, c’est l’astuce pour pimper un plat, en ajoutant des légumes au goût transformé par la fermentation, croquants, vitaminés. Je suis devenue littéralement fan de kimchi, un condiment coréen fermenté qui assaisonne n’importe quel riz tout bête.

Graines germées ou oléagineux (noix, amandes, noix de cajou, graines de courges…) permettent d’ajouter de la mâche ou du croquant dans un plat. Et pourquoi pas du granola salé ?

Ne négligez pas les assaisonnements, une vinaigrette, c’est 30 secondes de préparation. Quelques herbes apportent de la fraîcheur. Ouvrez votre placard à épices ! Récupérez vos fonds de sauce et bouillons des plats du week-end.

Tu veux bien résumer? Mais comment puis-je me composer une assiette équilibrée ?

Assiette unique ultra-composée ou repas entrée-plat-fromage-dessert ? Les deux sont possible même pour un déj express. Je trouve ça assez pratique de partir de l’assiette principale et de compléter autour selon ses envies. L’assiette principale ? A titre de guide, je vous propose de la composer ainsi, en utilisant vos restes :

  • d’une part de féculents / céréales : pâtes, riz, quinoa, sarrasin, millet, semoule, boulgour…
  • d’une part de légumes : cuits, crudités, lacto-fermentés
  • d’une part de « protéines » : légumineuses, œufs, sardines, reste de viande effilochée

et évidemment, un assaisonnement (vinaigrette, sauce chaude, herbes, épices…). Assemblez vos petits restes ou portions cuites en avance, complétez avec une conserve ! Il peut y avoir du chaud, du froid. En mode salade composée ou assiette chaude variée.

C’est indicatif, tout sauf une règle gravée dans le marbre. Mais ça aide à composer. Cela garantit une forme de variété, et donc d’apport optimal en nutriments.

Ensuite, pimpez cette assiette en jouant sur les couleurs et les textures. Puis ajoutez autour ce qui selon vous manque : est-ce un morceaux de pain et de fromage? un fruit pour finir en douceur et en fraîcheur ? Rien de plus ? A priori, tout assemblé, ça devrait vous donner envie. Et un café accompagné d’un carreau de chocolat noir dégusté avant de rebrancher avec le travail, et ça repart !

La voilà votre assiette de télétravail ! Evidemment, on essaie de s’offrir une vraie pause, à défaut d’être longue, 100% déconnectée du travail, 100% connectée sur son assiette. Si ce billet vous a aidé, envoyez le à quelqu’un qui, comme vous peut-être, peine à manger sympa et varié le midi en télétravail 🙂

 

Catégories

Facebook

Instagram

Partagez l’article sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.