Oublions les résolutions, posons une intention

Oublions ces résolutions qui épuisent ou culpabilisent au 15 janvier ! Cela ne signifie pas renoncer à tout bilan ou nouvel élan, bien au contraire. Plutôt à ancrer vos actions dans une intention bien plus large, qui elle, vous suivra tout au long de l’année.

Un objectif large, posé comme une intention

Un objectif large est bien plus durable, plus puissant : il ouvre un horizon et un champ des possible. Il peut avoir des allures d’intention et se définir de façon très concise, en partant de ce qui est important pour vous. Par exemple : »oser », « faire la paix », « prendre soin de moi », « me dépasser ». Cela peut être aussi une qualité d’action que vous souhaitez profondément cultiver : « agir avec bienveillance », « avec persévérance ». Formulez-le comme cela résonne le mieux en vous. Cela revient, d’une certaine façon, à aller explorer ce que vous vous souhaitez de profondément bon pour vous.

Pour faire émerger cette intention, voici quelques pistes :

  • Reprendre votre agenda ou un carnet que vous teniez de votre année : le balayer rapidement, et noter ce qui ressort. A la fois ce qui a bien fonctionné, et ce qui vous a mis plus en difficulté, des événements, des temps forts. Sortir de ce support, et noter spontanément d’autres éléments qui vous ont apporté de la satisfaction, ou ont apporté de la frustration ou manqué.
  • Y a t’il une ligne directrice que vous aimeriez prolonger, ou une direction différente que vous aimeriez prendre ? Veillez à y mettre une formulation positive : « ne pas… », « être moins… » sont à éviter. Essayer de remodeler vos formulations : « être moins sédentaire » par « mettre du mouvement dans mon quotidien », qui est un objectif plus large que « faire 3 séances de sport par semaine ».
  • Synthétiser. Peut-être que 4-5 objectifs vont émerger : regardez s’ils se recoupent. Si vous vous souhaitez à la fois de mettre du mouvement dans votre quotidien et une mobilité professionnelle ou géographique : le mot « mouvement » peut-être une belle synthèse. Le mot « apaisement » ou « trouver de la sérénité » peut-être un dénominateur commun entre une relation à l’assiette que vous souhaitez améliorer, et des relations que vous souhaitez travailler. L’avantage d’un mot ou d’une formulation courte ? Vous pourrez le garder comme un précieux cadeau ou un secret que vous pourrez vous murmurer, il vous accompagnera toute l’année.

Qu’est-ce que vous vous souhaitez de profondément bon pour vous, cette année ?

Comment savoir si l’intention posée est ajustée : 

Installez vous au calme. Fermez les yeux, et prenez quelques mouvements d’inspire, expire. Puis faites résonner les mots les uns après les autres. Observez comment cela résonne dans votre corps. Ecartez certains mots, voyez ce qui reste. Peut-être qu’à un moment donné, vous sentirez que c’est cette intention, juste et bonne pour vous. Peut-être que cette fois-ci ne conviendra pas, et que vous y reviendrez. C’est totalement ok aussi.

Décliner cela dans vos sphères de vie

Faites ensuite l’exercice de décliner cette intention dans différents domaines de votre vie. A quoi ça ressemblerait dans :

  • Votre relation avec vous-même ? votre vie intime ?
  • Votre relation à l’alimentation, au corps ?
  • Votre sphère familiale et les personnes qui occupent une place particulière pour vous ?
  • Votre sphère sociale, professionnelle ? vos engagements ?
  • Dans vos loisirs ?
  • Et votre rythme de vie ?

Ecrivez votre intention dans une bulle au centre puis, déclinez là tout autour, dans les différents domaines.

Pour vous aider, vous pouvez à nouveau fermer les yeux et visualiser comment ce serait pour vous dans tel ou tel domaine, concrètement. Peut-être que des images, des sons, des perceptions sensorielles vous viennent. Qu’est-ce que vous vous voyez faire quand vous préparez votre repas ? Lorsque vous vous mettez en mouvement ? Dans votre travail ? Quel est votre ressenti émotionnel en visualisant ?

Poser un premier pas

Puis quel serait le premier plus pas possible vers plus de « (votre intention) » ? Le plus petit pas possible que vous puissiez mettre en place immédiatement ? Il doit être très concret, réalisable dans la semaine.

« Le secret de l’action, c’est de s’y mettre », philosophe Alain

Si « prendre soin de moi » se décline dans votre relation à l’alimentation par davantage de cuisine maison, plaisante, un premier pas est peut-être déjà de commencer par le faire une fois ce samedi, car vous avez plus de temps ? Avec une recette simple que vous maîtrisez ? Si vous aviez identifié « agir avec bienveillance » avec vous-même, peut-être que cela peut commencer très concrètement par identifier et écrire sur un carnet les phrases dures que vous vous adressez, avant de travailler à les modifier. « Me dépasser » peut signifier pour vous de réaliser une compétition sportive : allez-vous courir demain ce marathon, ou allez-vous d’abord planifier des entrainements progressifs et une transition de mode de vie pour vous permettre de réaliser cela ?

Pourquoi poser une intention est plus durable ? Vous pourrez y revenir comme un ancrage dans les difficultés et aussi mesurer vos petits succès à sa lumière. C’est un élan, une direction globale. Elle est aussi déclinable dans tant de domaines, que vous trouverez une multitude de champs d’action pour la réaliser.

Partagez l’article sur :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

9 semaines pour modifier en profondeur sa relation à soi !

Programme d'autocompassion en pleine conscience rentrée 2024: inscriptions ouvertes !

Infos sur cette page, ou pour recevoir les modalités détaillées, laisser votre email :